Rendez-vous au Château Malartic Lagravière

Partager :

Ce vendredi 9 mars 2018 nous avons visité le Château Malartic Lagravière.

Une longue histoire à Malartic Lagravière ! A la fin du XVIIe siècle la famille Maurès de Malartic fait l’acquisition du Domaine de la Gravière. Puis le domaine fut racheté en 1850 par Madame Arnaud Ricard, qui lui donna son nom actuel en ajoutant à La Gravière, le nom de son ancien propriétaire, le Comte Hippolyte Maurès de Malartic, illustre amiral des Rois de France. C’est à cette époque là que le domaine acquiert sa taille actuelle.En 1990, il est vendu aux Champagnes Laurent-Perrier. Durant plus d’un siècle, les vins maintiennent leur réputation et le domaine est classé en rouge et en blanc dès 1959. C’est à partir de 1997 que le domaine prend vraiment un nouvel essor avec son rachat par Michèle et Alfred-Alexandre Bonnie, homme d’affaires belge passionné de vin. Un vaste plan de rénovation est alors engagé aussi bien à la vigne (arrachages et replantages, extension avec l’achat de 18 ha voisins), qu’au chai (nouveau chai équipé de cuves inox et bois de petites dimensions) et qu’au château. C’est maintenant Jean-Jacques Bonnie, fils d’Alfred-Alexandre, qui dirige l’exploitation. Michel Rolland et Athanase Fakorellis sont les œnologues conseil.

Le vignoble autour de 53 ha, dont 7 en blanc, s’étend sur un sol de graves au sous-sol argileux et calcaire coquillé. L’encépagement est constitué de Merlot (45%), Cabernet sauvignon (45%), Cabernet franc (8%) et Petit verdot (2%) pour le rouge et de Sauvignon (80%) et Sémillon (20%) pour le blanc. L’âge moyen des vignes est de 30 ans et la densité de plantation de 10.000 pieds/ha. Avec minutie, on veille en permanence, pour chaque parcelle, au bon équilibre sol-plante et au parfait respect de l’environnement (pas d’utilisation de désherbant ni de pesticides, amendements organiques et en quantité minimum…). La protection du vignoble suit les principes de l’agriculture raisonnée (certification Agrocert obtenue en 2008).

Les vendanges sont manuelles avec double trie. Le cuvier très original, reconstruit de façon remarquable à la fin des années 90, est équipé de mini-cuves tronconiques thermorégulées permettant de vinifier par parcelle (20 cuves inox et 10 cuves bois). Les cuves sont chargées par gravité.  Après assemblage, l’élevage est conduit de 16 à 22 mois en fûts de chêne (neufs de 50 à 70% suivant les millésimes).

Depuis 1990, Malartic-Lagravière produit, outre ses 2 grands vins, deux seconds sous le nom « Réserve de Malartic » (« Le Sillage de Malartic » jusqu’en 2006). Il est l’un des seuls six crus bordelais classés tant en blanc qu’en rouge.

En progrès constant, fruit de la passion et des efforts de ses propriétaires et du remarquable travail technique accompli, ils sont maintenant parmi les meilleurs vins de l’appellation Pessac-Léognan.

Magnifique visite que nous vous ferons partager avec grand plaisir.
Merci à Stéphanie CORNE pour son professionnalisme et cette visite passionnante.

 

Partager :